Le 29 juin 1992, le président Mohamed Boudiaf était assassiné

Le 29 juin 1992, à Annaba, le président Mohamed Boudiaf était assassiné par un sous-lieutenant du groupe d’intervention spécial (GIS), Lambarek Boumaarafi, qui tira sur lui après avoir fait diversion avec une grenade. Cinq mois après son retour en Algérie, Mohamed Boudiaf représentait un immense espoir pour les Algériens, celui d’une Algérie libre et démocratique, moderne et tournée vers l’avenir.

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Histoire


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

Les « blouses blanches » dans la Révolution algérienne

Les « blouses blanches » dans la Révolution algérienne

play button

Nous reproduisons ci-dessous un excellent article de Djamel Belbey paru sur le site Memoria.dz en septembre 2012 sur le rôle, peu connu, de ceux qu’on appelle les « blouses blanches » dans la Révolution. Ainsi que le souligne l’auteur, l’apport des médecins et pharmaciens, et surtout des étudiants,  au cours de la guerre de Libération a été (…)

Posté dans Guerre de Libération, Histoire

1963 : Ben Bella fait interdire les cireurs de chaussures, symbole de l’humiliation coloniale

1963 : Ben Bella fait interdire les cireurs de chaussures, symbole de l’humiliation coloniale

play button

L’une des premières décisions prises par le président Ben Bella après l’indépendance fut d’interdire les « yaouleds », les cireurs de chaussures, dans les rues des villes. Les cireurs de chaussures constituait en effet l’un des symboles de la domination – et de l’humiliation – coloniale, comme on peut le voir dans cette vidéo qui montre quelques (…)

Posté dans Ben Bella, Histoire

3 septembre 1964 : exécution du colonel Chabani

3 septembre 1964 : exécution du colonel Chabani

play button

Le colonel Mohamed Chabani ou Chaabani, né le 4 septembre 1934 à Oumache (dans la région de Biskra - Algérie) et mort exécuté le 3 septembre 1964 à Oran1 est un combattant algérien de la guerre d’Algérie. Après des études primaires à Biskra, il part à Constantine en 1952 étudier dans l’institut du Cheikh Ben Badis. Là, il découvre l’engagement politique et l’importance de la lutte armée par la lecture des journaux de l’Association des oulémas musulmans (…)

Posté dans Histoire