1974 : Arafat rend hommage à l’Algérie et remercie Bouteflika

Le 13 novembre 1974, le leader de l’OLP Yasser Arafat se rend à l’ONU pour y prononcer devant l’Assemblée générale, alors présidée par le ministre des Affaires étrangère algérien Abdelaziz Bouteflika, un discours historique dans lequel remercia et rendit hommage à l’Algérie pour son soutien à la cause palestinienne.

Voici une traduction de ce que dit Yasser Arafat :

« Au nom du peuple de Palestine et de sa sa lutte nationale, je saisis cette occasion pour vous adresser, monsieur le Président, mes plus chaleureuses félicitations pour votre élection à la Présidence de la vingt Neuvième session de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Nous vous connaissons en tant que sincère et dévoué défenseur de la liberté, de la justice et de la paix. Nous savons aussi que vous avez été à l’avant-garde des combattants dans leur lutte nationale héroïque pour leur libération. Aujourd’hui, l’Algérie a atteint une position éminente au sein de la communauté internationale qui lui permet d’assumer ses responsabilités et de gagner l’estime de la famille humaine toute entière ».

Dans un contexte marqué par de nombreux attentats terroristes revendiqués par des groupes pro-palestiniens (dont l’assassinat des athlètes israéliens aux JO de Munich, deux ans auparavant), Yasser Arafat est accueilli à l’Assemblée générale des Nations Unies comme un chef d’Etat. Invité à prononcer un discours par 105 voix contre 4 (dont les USA et Israël) et 20 abstentions, le chef de l’OLP, muni d’un pistolet qui dépasse de sa poche, y dénonce le sionisme, qu’il assimile au colonialisme, et retrace la genèse de la cause palestinienne. C’est dans la seconde partie de son discours qu’il évoque le rôle de l’OLP comme seul représentant légitime du peuple palestinien ainsi que, en prenant bien soin de distinguer Juifs et sionistes, sa vision et son voeu d’un Etat palestinien qui rassemblerait Juifs, Chrétiens et Musulmans. Il achève son discours par cette phrase désormais célèbre :

« Aujourd’hui, je suis venu ici avec un rameau d’olivier dans une main et un fusil de combattant de la liberté dans l’autre main. Ne laissez pas le rameau d’olivier tomber de ma main. Je le répète: ne laissez pas le rameau d’olivier tomber de ma main. »

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Boumediene, Bouteflika, Histoire


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

« Alger, la Mecque des révolutionnaires », le documentaire complet

« Alger, la Mecque des révolutionnaires », le documentaire complet

play button

Le documentaire de Ben Salama, Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974), a été diffusé mardi 16 mai sur la chaîne franco-allemande Arte. Le voici, dans sa version complète, dans la vidéo ci-dessus. De 1962, année de son indépendance, et jusqu’en 1974, l’Algérie aide activement les mouvements anticoloniaux et les révolutionnaires du monde entier. Avec son sens de (…)

Posté dans Boumediene, Documentaire, Histoire

1er sommet des chefs d’Etats de l’OPEP en 1975

1er sommet des chefs d’Etats de l’OPEP en 1975

play button

Le premier sommet des chefs d’Etat de l’Opep (organisation des pays exportateurs de pétrole, créée en 1960) eut lieu à Alger le 4 mars 1975 à l’invitation du président Boumediene qui prononça à cette occasion un discours dans lequel il insista sur le principe de la souveraineté des pays producteurs d’hydrocarbures sur l’ensemble de leurs (…)

Posté dans Boumediene, Histoire

Réactions des Algériens après la mort de Boumediene

Réactions des Algériens après la mort de Boumediene

play button

À partir de l’année 1978, les apparitions publiques du président Houari Boumédiène se font de plus en plus rares, et il s’avère qu’il souffre d’une maladie du sang, la maladie de Waldenström10. Toutefois, très peu de choses ont été dites à propos des circonstances qui entourèrent sa mort, survenue le 27 décembre de cette année-là. Le président algérien meurt (…)

Posté dans Boumediene, Histoire