Paris sous le signe de l’Orient

C’est dans le restaurant oranais, La Ruche à miel dans le 12e arrondissement de Paris que Djaouida Benmokhtar nous a donné rendez-vous pour parler de son guide. L’Orient à Paris répertorie 70 adresses qui invitent à découvrir la culture orientale sous toutes ses formes. Boutiques, restaurants, hammams, musées, l’auteure a passé au crible plus de 300 établissements pour ne retenir que le meilleur du Paris oriental haut de gamme. Djaouida Benmoktar nous présente également les personnalités et parcours qui donnent vie à ces endroits magiques. Rencontre avec une femme au parcours atypique, née en Serbie, élevée entre l’Algérie, la Belgique et Madagascar, qui a fini par s’installer à Paris, conquise par son multiculturalisme.

 La sélection Chouf Chouf : Paris aux couleurs algériennes

Visite de la galerie Afrique du Nord du Quai Branly. On y retrouve des peintures orientalistes, des costumes traditionnels et des parures féminines maghrébines exposées dans des vitrines. 37 quai Branly, 75007

Déjeuner chez Wally le Saharien. Deux grand chefs proposent comme spécialité, le couscous végétarien, plat typique du Sahara algérien : une graine fine baignée dans son bouillon de légumes. 36 rue Rodier 75009

Détente au spa O’Kari. Tenue par l’algérienne Karima Lasfar, il compte parmi les spa les plus glamour de la capitale. Au programme : hammam, bain de vapeur à l’eucalyptus, exfoliation au savon noir…22 Rue Dussoubs, 75002 

L’Orient à Paris,  Djaouida Benmokhtar (Ed. Parivoyage, Mai 2014) est disponible en librairie et également en ligne.

Site de L’Orient à Paris

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Culture, Diaspora, Loisirs, Presse, Presse francophone


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

Dans un Yemen déchiré par la guerre, un professeur de musique veut créer un orchestre symphonique

Dans un Yemen déchiré par la guerre, un professeur de musique veut créer un orchestre symphonique

play button

Dans un Yemen déchiré par la guerre, en proie aux bombes et à une terrifiante épidémie de choléra, un professeur de musique s’est fait fort de créer un orchestre symphonique. Il s’appelle Abdallah al-Debi et, à 53 ans, il continue de se battre pour sa passion : la musique classique. Ancien membre de l’orchestre national (…)

Posté dans Actualités, Culture, International, Musique