Depuis 8 mois le Maroc est secoué par une vague de contestations incarnée par le Mouvement Hirak. Deux des figures emblématiques du mouvement ont été arrêtées, Nacer Zefzafi et Sylia Ziani.

Younes Mhamdi, un activiste marocain, sympathisant du Hirak nous livre son analyse et nous permet par la même occasion de faire un rapide tour d’horizon sur les relations algéro-marocaines.

Depuis leurs indépendances, L’Algérie et le Maroc ont entretenu des relations conflictuelles qui minent notre intégration régionale et notre coopération sécuritaire. Cependant il semblerait qu’une nouvelle génération désireuse d’aller de l’avant et de s’unir a émergé , qu’en est-il au Maroc ?

Le 27 août 1994, l’Algérie décide de fermer sa frontière avec le Maroc à cause de l’imposition de visas pour les ressortissants algériens suite à l’attentat terroriste de Marrakech. Depuis, nos frontières sont restées fermées laissant des familles décimées d’un côté et de l’autre. En ce moment, les deux régimes construisent deux murs histoire d’innover plus dans la bêtise. Je crois que ça fait jubiler pas mal de pays occidentaux, le jour où ils auront intérêt à ce qu’on ouvre nos frontières ils plaideront pour.

Quant à la nouvelle génération marocaine que je représente avec fierté, le peuple algérien n’a jamais été et ne sera jamais un ennemi. On peut effectivement avoir quelques points de divergence mais il faut savoir que la différence est le synonyme de la pluralité et de la démocratie.

J’ai pu remarquer sur les réseaux sociaux que beaucoup de vidéos appellent à l’ouverture des frontières. Des pétitions ont été signées et même quelques marches revendiquent la normalisation des relations entre nos deux pays. La nouvelle ère marocaine sait que la coopération est la seule solution pour venir à bout des fléaux qui pourraient déstabiliser nos deux pays. J’espère que cette génération qui aspire à la paix et à la fraternité puisse influencer la sphère politique actuelle.

Nous avons beaucoup entendu parler des contestations sociales du Riff pour plus de justice sociale et pour de meilleures conditions de vie. Pouvons-nous parler de solidarité au niveau national ?

Le mouvement populaire Hirak (Mouvance) est né au Rif mais il a été adopté par la majorité du peuple marocain depuis le début. Après l’assassinat tragique de Fikri Mohssen (ndlr. Mohssen Fikri a été broyé par une benne de la police en tentant de sauver sa marchandise), toutes les grandes villes marocaines ont connu une vague d’indignation contre le comportement inhumain du régime actuel. Le mouvement Hirak a pris de l’ampleur et Nacer Zefzafi est devenu plus qu’un leader, il est devenu cette lueur d’espoir pour tous ceux qui croyaient qu’il était nécessaire de traverser la mer pour mieux vivre. Les partis politiques et les élites n’ont éprouvé aucun sentiment d’appartenance à ce mouvement de contestation.

Le silence lâche des partis politiques a fait écho dans le monde entier, poussant le peuple marocain à se solidariser de la mouvance afin d’éviter de chercher du soutien à l’extérieur. Le peuple marocain s’est organisé seul et il a réussi le pari puisque les manifestations du 28 Mai et du 11 Juin ont rencontré un franc succès allant même jusqu’à être qualifiées de « manifestations d’ampleur ». Le nombre de manifestants dépassait les 20,000 personnes. L’arrestation du noyau dur du Hirak Nacer Zefzafi et Cylia Ziani n’a fait qu’accroître le sentiment de marginalisation chez les marocains, et de ce fait d’augmenter le nombre de manifestations au sein du Royaume.

Quelles sont les attentes du peuple marocain ?

Le peuple marocain revendique 3 choses : La libération des détenus politiques. Le respect et la dignité sociale. Il faudrait que les responsabilités soient liées à la reddition de comptes. Bien évidemment la question sociale est l’élément essentiel qui fait la puissance de ce mouvement. Plus de 30% de la population du Rif vit de l’argent envoyé par la communauté émigrée. La deuxième ressource principale est la pêche et vient en troisième lieu la contrebande.

Depuis la crise économique qu’a rencontré l’Europe en 2008, il est devenu plus compliqué pour la communaté nationale à l’étranger de contribuer autant qu’avant à la survie de la région. Mais pas seulement, plusieurs projets de développement de la région n’ont jamais vu le jour, le taux de chômage bat tous les records possibles. La mort de Fikri était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

L’échec cuisant du gouvernement PJD a fait en sorte que le citoyen marocain ne compte plus que sur le Roi, d’ailleurs plusieurs noms du gouvernement sont contestés par la population rifaine, dont M. Akhnouch, actuel Ministre de l’agriculture et le « chouchou » du Makhzen économique.

Comment expliques-tu le silence du Roi depuis maintenant 8 mois ? Le gouvernement est-il dans l’impasse ? (Ndlr. le parti majoritaire au Maroc est le PJD. Un parti de droite, conservateur à référentiel islamique).

Comme je viens de le signaler ci-dessus, le peuple marocain aime son Roi et ne fait confiance qu’à lui. Le gouvernement ne peut rien faire car il a utilisé des mots durs à l’égard de la mouvance (notamment des accusations de séparatisme).

Plusieurs ministres de ce gouvernement sont contestés à l’instar de M. Akhnouch, le Ministre de l’Agriculture ou encore le Ministre de l’intérieur M. Iftite. C’est un secret de polichinelle que de dire que le Roi est la seule personne ayant la légitimité de régler cette crise qui secoue le Maroc depuis près de 8 mois.

Le silence du Roi me semble très suspect, est-ce le Makhzen économique qui pousse le Roi à reculer ? Ou est-ce une influence externe qui exige au Roi de ne pas prendre d’initiatives pour arrêter cette mouvance ?

Le Roi aurait peut-être envie d’enterrer la puissance politique des islamistes en les laissant perdre cette bataille ? Nous ne pouvons que spéculer à propos du silence royal. On dit que le silence est d’or… mais avec toute la richesse dont dispose ce pays, ce silence ne vaut rien du tout.

Qu’en est-il des interpellations de Nacer Zefzafi, leader de la contestation et de Sylia Ziani qui a entamé une grève de la fin illimitée aujourd’hui ?

Une vidéo relayée par le très contesté site web « Barlamane » montre le leader de la Mouvance Nacer Zefzafi presque nu a suscité de vives réactions et a choqué les citoyens marocains, même ceux qui n’avaient pas d’affinité pour lui. La vidéo avait pour but de montrer que Zefzafi n’a pas été torturé lors de son arrestation.

La vidéo a vite été supprimée et le Procureur du Roi a ouvert une enquête sur les conditions de diffusion de cette vidéo scandaleuse.

En ce qui concerne Sylia Ziani, sa condition physique est très grave. Les conditions de détention sont trop dures pour elle. Ceux qui prétendent qu’elle aurait été abusée sexuellement relayent de fausses informations. Rien de tout cela n’a été confirmé ni par ses avocats ni par son père qui a lancé un appel au Roi concernant sa fille.

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !