Les hommes et les femmes qui font l’histoire ne nous quittent jamais. Ils siègent au paradis humain qu’ils ont semé en chacun nous. Comme pour nous laisser un ultime message de paix, Hocine Aït-Ahmed, Si l’Hocine, Dda l’Hocine, comme nous aimons l’appeler, nous les enfants du peuple dont il était le représentant emblématique, ce monument de l’histoire contemporaine de l’Algérie, de l’Afrique du Nord, de l’espace méditerranéen et de l’humanité entière, a rejoint le firmament la veille de la célébration de la naissance des deux prophètes du Christianisme et de l’Islam. Ainsi, Si l’Hocine nous ramène à ce que l’être humain a de meilleur, en ces temps de « conflit des ignorances » érigé en « choc des civilisations » où « le monstre du Loch Ness » d’une néo-colonisation décomplexée des pays, comme le nôtre, anciennement occupés et libérés au prix le plus fort avance au gré d’un ultralibéralisme de plus en plus hégémonique, de plus en plus monstrueux. A cette triste réalité s’ajoute celle des supplétifs nationaux et des serviteurs régionaux de ce système mondialisé et inhumain. Dda l’Hocine, tu es parti à un moment crucial de l’histoire de notre pays et de l’ensemble de l’espace méditerranéen. Seulement, tu nous as appris que chaque phase historique est porteuse d’espoirs mesurés à l’échelle des dangers qu’elle recèle. Le tout est de savoir prendre son destin en main. Car, comme tu nous l’as enseigné : « C’est au prix de la maîtrise de soi que l’on peut parvenir à la maîtrise de son destin » Si l’Hocine, grâce à ton combat et à ton œuvre, nous savons aujourd’hui que l’homme d’honneur est celui qui se bat, sans relâche, contre ses propres limites pour mettre son cœur et son intelligence au service de son peuple, de son pays et, à travers eux, de l’humanité entière. Dda l’Hocine, tu as semé au cœur de nos âmes les graines des hommes et des femmes qui savent se battre en poètes pour le triomphe de tous les droits de l’être humain sur toutes les raisons sécuritaires d’Etat. Si l’Hocine, ton amour charnel pour l’Algérie a fait de nos cœurs la patrie de son printemps éternel. Dda l’Hocine, tu nous as appris que l’homme d’honneur n’est pas un artifice capricieux de l’histoire. Pour toi, l’homme d’honneur, c’est celui qui se réinvente à chaque épreuve en militant de toutes les causes justes, de tous les combats pour une construction humaine de la citoyenneté et une émancipation citoyenne de l’humanité. Si l’Hocine, nous, enfants de tous les rêves que tu as suscités, te faisons le serment de continuer le combat démocratique pour lequel tu nous as formés, avec dignité et honneur. Dda l’Hocine, aujourd’hui, tu seras accueilli à bras ouverts par tes compagnons d’armes et du combat démocratique au Royaume du Divin où l’Eden chante le bonheur humain. Au cœur de ces Jardins, Ali Mécili, ton frère de sang, de cœur et de combat sera heureux de te retrouver, de revivre avec toi les moments décisifs d’une camaraderie forgée dans l’intensité de tous les combats menés pour libérer le peuple algérien du joug du colonialisme, puis, de celui de ceux qui l’ont spolié de sa souveraineté, dès l’indépendance acquise. A ton honorable femme, à tes enfants, à tes sœurs, à tes frères, à l’ensemble de ta famille, à vos proches et à vos alliés, à l’Algérie que tu as tant aimée, à notre peuple et aux peuples opprimés de l’espace méditerranéen et du monde entier, à tous ceux qui continuent à t’aimer et à tous les combattants de la liberté que tu as forgés en nous, nous présentons nos condoléances les plus attristées. Seulement, nous les assurons que ton combat fera l’avenir de tout ce pourquoi tu t’es battu, ta vie durant.
Ali Aït Djoudi,
Nacer Tabèche,
Said Lebbah,
Ali Choubane,
Essaid Aknine,
Hacène Loucif
.
Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !