Reportage sur la prostitution en Algérie

Les « filles de joie » sont à Alger, à Oran, à Tigzirt et même, comme dans ce reportage, à Tizi-Ouzou. Tout le pays est touché par ce fléau et la Kabylie en particulier. C’est réputé être le plus vieux métier du monde, mais en Algérie, il y a encore dix ou vingt ans, ce n’était sûrement pas le plus visible. Confinés auparavant dans quelques cabarets, depuis une dizaine d’années le phénomène explose : prostitution de rue dans les grandes villes ou sur le littoral, dans les boites de nuit et sur Internet, les « filles de joie » prolifèrent dans l’indifférence générale et surtout celle des pouvoirs publics. Car la prostitution dans un pays musulman, c’est un tabou, et l’Algérie, comme le Maroc ou la Tunisie désormais, ne fait pas figure d’exception. Les causes ? Elles sont sociales et économiques, avant tout : l’ouverture du pays, la libéralisation à tout crin, le creusement des inégalités et l’augmentation de la pauvreté, l’accélération de l’exode rural, etc. Mais elles sont aussi morales, ou plutôt la conséquence d’un excès de moralité : la prostitution est, hélas, un marché comme les autres qui répond à la loi de l’offre et de la demande. La prolifération de la prostitution dans toutes les strates de la société algérienne est en effet aussi un corollaire du tabou du sexe et de la sexualité dans notre pays…

Et vous, qu’en pensez-vous ? Etes-vous favorable à une répression de la prostitution ou bien à sa légalisation ?

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Pays, Société


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

Le directeur d’Ennahar offre une « omra » à la bachelière de Skikda

Le directeur d’Ennahar offre une « omra » à la bachelière de Skikda

play button

« L’affaire » de la bachelière de Skikda, Khaoula Belaska, qui a obtenu la meilleure moyenne du pays au bac cette année, n’en finit pas de défrayer la chronique ! Le directeur de la chaîne de TV Ennahar a en effet décidé d’offrir à la jeune femme une omra… après que celle-ci a décliné le séjour offert (…)

Posté dans الأخبــار, Droit des femmes, Éducation