Les conditions de vie épouvantables des migrants subsahariens en Algérie

Les migrants subsahariens en Algérie vivent dans des conditions déplorables, installés dans des camps de fortune, sous les ponts, au bord des routes, dans des terrains vagues, comme le montre cette vidéo. Chassés de leurs pays pas l’extrême pauvreté ou la guerre, ils se retrouvent en Algérie en quête d’un improbable eldorado, soit dans l’espoir de rejoindre un jour l’Europe, soit parce que les conditions de vie en Algérie sont, malgré tout, moins mauvaises que dans leurs pays d’origine.

Ils sont pourtant loin d’avoir la belle vie. Le seul domaine dans lequel ils peuvent travailler, le bâtiment, s’avère être le plus souvent une honteuse exploitation où, pour un salaire de misère, ils sont employés de façon aléatoire, sans aucune protection. En janvier 2017, un migrant malien a ainsi perdu la vie sur un chantier lors d’un effondrement à Alger. Quant aux femmes, n’en parlons pas.

Ces immigrés subsahariens, dont les autorités ne veulent pas et qu’elles refoulent sans ménagement, sont victimes de véritables « rafles ». Ces deux dernières années, des centaines d’entre eux ont été « ramassés » dans les grandes villes du nord et acheminés de force à la frontière nigérienne où, après avoir été détenus dans des camps, ils ont été expulsés.

Ils sont aussi des victimes quotidiennes du racisme anti-migrants, anti-noirs et de la xénophobie, qui sont malheureusement des sentiments largement répandus en Algérie.

Farouk Ksentini, l’ancien président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme, donnait en décembre 2016 une excellente illustration de ce racisme lorsqu’il déclarait au quotidien Essawt El Akher  : « Ces gens-là deviennent agressifs par rapport à leurs maladies et à leur comportement, surtout les Maliens et les autres Africains, comparativement aux Syriens qui ne le sont pas. (…) Nous sommes exposés au risque de la propagation du Sida ainsi que d’autres maladies sexuellement transmissibles à cause de la présence de ces migrants ».

D’atroces faits divers viennent rappeler, régulièrement, que les migrants subsahariens sont dans une situation de fragilité extrême. En octobre 2015, une femme camerounaise de 33 ans a par exemple été victime d’un viol collectif à Oran. Fin mars 2016, de violents affrontements ont eu lieu entre migrants et locaux dans la ville de Bechar. Le « camp des Noirs » situé à Boufarik, dans la banlieue d’Alger, a été à l’origine, en 2014, d’une sordide polémique. Des quotidiens n’ont pas hésité à affirmer que ce camp, et plus généralement les Noirs, propageaient des maladies…

Face à cette xénophobie très répandue dans le pays, certains se mobilisent. Les « Unes » scandaleuses de certains titres de la presse dénonçant en 2014 la « saleté » et les « maladies » dont seraient porteurs les migrants ont suscité une vive polémique et de nombreux citoyens se sont émus de ce racisme. Des associations travaillent en outre au quotidien avec les migrants, à Tamanrasset, où les migrants sont souvent regroupés en attendant leur expulsion vers leurs pays d’origine, ou dans les villes où des camps de migrants se situent. Les jeunes, surtout, fustigent de plus en plus le racisme et la xénophobie. Une vidéo qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux en juillet 2015 dénonçait ainsi, de façon frappante, le fléau du racisme anti-Noirs en Algérie. Ces intitiatives et prises de conscience sont sans aucun doute salutaires, mais pour le moment elles demeurent largement marginales…

 

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Afrique, Afrique du nord


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

Ahed Tamimi, nouvelle icône de la cause palestinienne

Ahed Tamimi, nouvelle icône de la cause palestinienne

play button

Pour les Palestiniens, c’est une icône, pour les Israéliens, une actrice. Ahed Tamimi est une jeune palestinienne de 17 ans qui vit dans le village de Nabi Saleh,en Cisjordanie. Lundi 18 décembre 2017, elle a été arrêtée par l’armée israélienne, après avoir été accusée d’avoir agressée deux soldats israéliens, en marge d’une manifestation contre l’occupation (…)

Posté dans Actualités, Monde arabe

Le tramway se développe en Algérie

Le tramway se développe en Algérie

play button

Le tramway a la cote en Algérie. Hormis les grandes villes comme Alger et Constantine qui possèdent depuis longtemps leur propre tramway, plusieurs projets sont en cours dans le pays, comme à Sidi Bel Abbès, Ouargla ou encore Sétif. Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Transport