Le musée national des Beaux-Arts d’Alger

Le musée national des beaux-arts d’Alger est, avec ses 8 000 œuvres, le plus grand musée d’art d’Afrique et du monde arabe. Sa collection regroupe des œuvres peintes, des dessins, gravures et estampes anciennes, des sculptures, de mobilier ancien et d’art décoratif, céramique, verrerie, ainsi qu’une collection de numismatique.

du quartier du Hamma au cœur d’une végétation généreuse face à la majestueuse baie d’Alger et à la perspective verdoyante du Jardin d’Essai, leErigé à partir de 1927 sur la colline boisée  musée national des beaux-arts est environné de plusieurs sites du patrimoine monumental d’Alger tels la Villa Abd-El- tif, demeure ottomane du XVIIème,  la grotte Cervantès ou encore la fontaine du Hamma, largement immortalisée par les peintres-voyageurs et les écrivains ; le sanctuaire des martyrs (Maqam chahid) couronne de sa haute stature cet ensemble culturel de l’est de la capitale qui s’étend jusqu’à la Bibliothèque Nationale.

Sa collection, qui peut être aujourd’hui encore considérée comme la plus importante pour l’art ,en Algérie et sur le continent africain, voire dans le monde arabe, renferme en plus des œuvres peintes, des dessins, gravures et estampes anciennes,  un bel ensemble de sculptures, de mobilier ancien et d’art décoratif, céramique, verrerie, ainsi qu’ une collection de numismatique.

 La constitution de cet ensemble est le résultat d’achats conséquents qui furent réalisés dans la première moitié du XXème s auprès des plus grandes galeries d’art internationales, d’achats aux artistes et aux  collectionneurs.

Le Musée National des Beaux-Arts qui occupe une superficie construite de plus de 4000m2, à laquelle s’ajoute autant de jardins se déploie sur trois niveaux d’exposition

  1. Le rez-de-chaussée, entrée principale du musée, actuellement en restauration, et qui devrait abriter les expositions temporaires et thématiques.
  2. Le premier niveau ou Galerie des Bronzes, belle perspective rythmée par la statue de Bourdelle,  l’« Hérakès archer ».
  3. Le second étage, qui renferme la collection permanente historique, la bibliothèque et le Cabinet des Estampes, s’organise autour de jardins suspendus en Pergola.
  4. Un étage intermédiaire renferme enfin, des espaces de convivialité et de loisirs : une terrasse panoramique, une salle de lecture, un espace cafeteria, et des ateliers pédagogiques

La collection dite « historique » concerne le fonds le plus ancien du musée ; débutant à la fin du 14ème  l’exposition chronologique permet de parcourir six siècles d’histoire de l’art, illustrant ainsi la plupart des grands mouvements artistiques qui ont vu le jour en Europe, des primitifs au XVIIème flamand, français et italien, le XVIIIème s. étant quant à lui, bien illustré par la nature morte française et hollandaise , le clair-obscur d’inspiration caravagesque, le portrait de cour et le paysage rustique ; la période la mieux représentée dans ce parcours, demeure sans conteste le XIXème , ce siècle riche en mouvements artistiques qui devaient décider de la mutation moderne de l’art ; depuis 2007, deux nouvelles salles abritent l’art orientaliste depuis le XVIIIème jusqu’aux créations inspirées par l’Algérie à partir de la seconde moitié du XIXème s . Ces salles portent le nom de deux grands maîtres de l’art algérien contemporain, Mohamed Temam et Mohamed Louaïl.

Hormis l’espace qui abrite au second étage, les œuvres des premières générations de peintres algériens, Yellès Bachir, Hemche Abdelhalim, Bouzid Mohamed, Mesli choukri, Issiakhem M’Hamed, le Musée National des Beaux-Arts a par ailleurs consacré une grande partie de son premier étage à l’art algérien du XXème s, tandis que le Cabinet des Estampes renferme un des joyaux de la collection : les miniatures de l’artiste algérien Mohamed RACIM,  considérées comme trésor national.

Le musée renferme d’autres collections qui lui confèrent une originalité propre : c’est le cas notamment avec le fonds dit de « l’Ecole d’Alger » qui réunit la création artistique des peintres d’origine étrangère natifs d’Algérie et le « fonds art et révolution » offert par un grand nombre d’artistes du monde entier à l’Algérie à l’occasion de son accession à l’indépendance.

(Source : site du musée national des beaux-arts d’Alger)

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Culture


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

Kaouther Adimi, lauréate du prix Renaudot des lycéens

Kaouther Adimi, lauréate du prix Renaudot des lycéens

play button

La jeune romancière algérienne Kaouther Adimi a reçu le prix Renaudot des lycéens pour Nos richesses (Seuil). Ce prix est organisé par l’association des Amis de Théophraste Renaudot de Loudun (Vienne), le lauréat est désigné par des lycéens issus de 14 lycées des académies de Poitiers, Limoges et Nantes. « Nos richesses » retrace la vie du libraire algérois (…)

Posté dans Actualités, Littérature

Trois algériens créent la chambre de commerce algérienne du Canada

Trois algériens créent la chambre de commerce algérienne du Canada

play button

Trois Algériens vivant au Quebec ont lancé, le 16 novembre, la chambre de Commerce algérienne du Canada (JCCAC) à Montréal afin de « devenir un incontournable pour la relève d’affaire algérienne et canadienne » et contribué au « rayonnement et la réussite entrepreneuriale du pays ». Dans une interview à El Watan, les trois fondateurs, Ikram Mecheri, analyste risque (…)

Posté dans Actualités

En France, des lycéens se mobilisent contre l’expulsion d’un Algérien

En France, des lycéens se mobilisent contre l’expulsion d’un Algérien

play button

Les enseignants et élèves de deux lycées de Noisiel en Seine-et-Marne se mobilisent contre le renvoi d’un lycéen algérien en situation irrégulière, en Algérie. Le jeune homme, âgé de 19 ans, qui devait être régularisé d’ici deux semaines, sera fixé sur son sort le 20 novembre. Élève en terminale STI, Halim est arrivé France en (…)

Posté dans Actualités, France