Le droit à l’avortement pourrait être (un peu) élargi

Ce serait un petit pas en avant en matière de droits des femmes. Dans le projet de loi sur la santé actuellement en discussion, l’avortement pourrait être autorisé dans trois hypothèses : 1) lorsque « l’équilibre physiologique ou psychologique et mental » de la mère est « gravement menacé », comme par exemple suite à un viol, 2) « lorsque les affections dépistées par le diagnostic prénatal attestent avec certitude, que l’embryon ou le fœtus  est atteint d’une maladie, ou d’une malformation grave ne permettant pas son développement viable » et 3) « lorsque la vie ou la santé de la mère est mise en danger par une grossesse ».

La règle générale qui prévaut en Algérie concernant l’avortement est l’interdiction. Seul l’avortement thérapeutique est toutefois admis si la grossesse met en danger la vie de la mère et son équilibre physiologique et mental. En outre, en cas de viol, l’interruption d’une grossesse n’est autorisée que s’il s’agit d’un viol commis dans le cadre d’un acte terroriste et enregistré sur-le-champ.

Ce cadre légal très restrictif pousse de nombreuses femmes, notamment les victimes d’un viol, à recourir à l’avortement dans la clandestinité, souvent dans des conditions dramatiques. Certaines femmes ayant pratiqué de façon illégale une interruption de grossesse sont régulièrement arrêtées par la police et comparaissent devant un tribunal.

Au Maroc, l’avortement est interdit, sauf si la vie de la mère est en danger. En Tunisie, l’avortement est autorisé depuis 1973 jusqu’au 3ème mois de grossesse.

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Droit des femmes, Santé


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

Plusieurs rassemblements de soutien à la Palestine à Alger et dans d’autres villes

Plusieurs rassemblements de soutien à la Palestine à Alger et dans d’autres villes

play button

Plusieurs rassemblements ont eu lieu samedi 16 décembre à Alger et dans plusieurs autres villes, avec l’accord des autorités, pour dénoncer la décision de Donald Trump concernant Al Qods et pour soutenir les Palestiniens. A Alger, le rassemblement s’est déroulé à la Coupole en présence de plsusieurs responsables publics. Partagez sur vos réseaux sociaux à (…)

Posté dans Actualités