L’Algérie pourrait légaliser l’avortement dans trois hypothèses

Ce serait un grand pas en avant en matière de droits des femmes. Dans le projet de loi sur la santé actuellement en discussion, l’avortement pourrait être légalisé dans trois hypothèses : 1) lorsque « l’équilibre physiologique ou psychologique et mental » de la mère est « gravement menacé », comme par exemple suite à un viol, 2) « lorsque les affections dépistées par le diagnostic prénatal attestent avec certitude, que l’embryon ou le fœtus  est atteint d’une maladie, ou d’une malformation grave ne permettant pas son développement viable » et 3) « lorsque la vie ou la santé de la mère est mise en danger par une grossesse ».

La règle générale qui prévaut en Algérie concernant l’avortement est l’interdiction. Seul l’avortement thérapeutique est toutefois admis si la grossesse met en danger la vie de la mère et son équilibre physiologique et mental. En outre, en cas de viol, l’interruption d’une grossesse n’est autorisée que s’il s’agit d’un viol commis dans le cadre d’un acte terroriste et enregistré sur-le-champ.

Ce cadre légal très restrictif pousse de nombreuses femmes, notamment les victimes d’un viol, à recourir à l’avortement dans la clandestinité, souvent dans des conditions dramatiques. Certaines femmes ayant pratiqué de façon illégale une interruption de grossesse sont régulièrement arrêtées par la police et comparaissent devant un tribunal.

Au Maroc, l’avortement est interdit, sauf si la vie de la mère est en danger. En Tunisie, l’avortement est autorisé depuis 1973 jusqu’au 3ème mois de grossesse.

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Droit des femmes, Santé


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

La présidence dément catégoriquement les déclarations de Farouk Ksentini

La présidence dément catégoriquement les déclarations de Farouk Ksentini

play button

La présidence de la République « dément catégoriquement », les déclarations rapportées, samedi et dimanche, par la presse électronique et quotidienne, selon lesquelles le président de la République, Abdelaziz Bouteflika aurait accordé une audience à Me Farouk Ksentini, les qualifiant de « pures affabulations », indique dimanche un communiqué de la présidence de la République cité par l’APS. « Un (…)

Posté dans Actualités

L’impôt sur la fortune a été supprimé du projet de loi de finances

L’impôt sur la fortune a été supprimé du projet de loi de finances

play button

C’était trop beau pour être vrai. L’impôt sur la fortune initialement prévu à l’article 33bis du projet de loi de finances pour 2018 a finalement été supprimé, alors même qu’il avait été annoncé et défendu par le Premier ministre lui-même, Ahmed Ouyahia, il y a un mois. Le lobby des hommes d’affaires est parvenu sans (…)

Posté dans Actualités, Économie

La famille Idjerouidene quitte le groupe Aigle Azur

La famille Idjerouidene quitte le groupe Aigle Azur

play button

C’est assurément la fin d’une époque, et un tournant majeur pour la compagnie aérienne Aigle Azur dont les Algériens sont familiers. Le groupe Weaving, actionnaire de référence et propriété des héritiers d’Arezki Idjerouidene, a en effet annoncé, jeudi 16 novembre 2017, avoir cédé la participation de 30% qu’il détenait encore au capital de la compagnie aérienne (…)

Posté dans Actualités, Transport