La justice algérienne face à la corruption

Plusieurs affaires de corruption ou de favoritisme se trouvent en ce moment entre les mains de la justice algérienne. Il s’agit principalement d’affaires liées aux grands projets d’infrastructures qui ont été lancé durant les deux premiers mandats du président Bouteflika. France 24 fait le point sur ces affaires :

« La première concerne le projet pharaonique de l’autoroute est-ouest qui devait s’étendre sur 1 216 km. Lancé en 2006 pour une durée de quatre ans et un budget de six milliards de dollars, le plus important chantier de la présidence Bouteflika n’a toujours pas été bouclé, rapporte France 24. Entaché de malfaçons, son coût a bondi à plus de 11 milliards de dollars selon des estimations officielles, ou à 17 milliards selon d’autres sources.

Pas moins de seize personnes et sept sociétés étrangères sont poursuivies pour corruption, blanchiment d’argent et dilapidation de deniers publics (voir la vidéo ci-dessus). Mais le ministre des Transports Amar Ghoul, dont le nom est cité plusieurs fois dans cette affaire, ne s’est pas présenté à la barre en raison de la protection dont bénéficient les membres du gouvernement.

À lui seul, Amar Ghoul, issu d’un parti islamiste, aurait touché un quart des sommes versées en pots de vin – dans le cadre du projet d’autoroute –, a révélé un accusé. En réponse, le ministre a rejeté en bloc ces accusations dans une déposition lue devant le tribunal. Une déposition « qui fait sourire », ironisait samedi le plus important quotidien francophone algérien « El-Watan », qui évoque un procès « bien verrouillé ». Le nom de l’ancien ministre de la Justice et des Affaires étrangères Mohamed Bedjaoui, a également été cité au cours du procès qui doit s’achever dimanche.

« Si corruption il y a eu dans ce contrat, elle s’est faite au niveau du gouvernement, pas ailleurs », a assuré Me Tayeb Belarif, l’avocat de l’un des accusés, un consultant ayant la double nationalité algérienne et luxembourgeoise, Chani Medjdoub. Une peine de vingt ans de réclusion a été requise le 1er mai contre celui qui est considéré comme l’accusé principal du procès, suspecté d’avoir reçu 4,89 % du coût global du projet, sous forme de commissions. Pour sa part, Chani Medjdoub a accusé le puissant Département du renseignement et de la sécurité algérien (DRS), de l’avoir torturé pour lui extorquer des aveux sur son rôle de conseiller du groupe chinois Citic (également jugé) auprès des autorités.

Outre l’affaire de l’autoroute,le 4 mai à Blida, s’ouvre à Blida, à 50 km d’Alger, un nouveau procès du groupe de l’ex-magnat Rafik Khalifa, détenu à Alger après avoir été extradé par Londres fin 2013. La faillite de ce groupe qui porte son nom (banque, transport aérien, immobilier, médias, etc.) en 2003 avait causé un préjudice estimé entre 1,5 et 5 milliards de dollars à l’État algérien.

Enfin, le 6 juin, le tribunal criminel d’Alger ouvrira un procès concernant le groupe pétrolier Sonatrachet impliquant les compagnies italiennes Saipem et allemande Funkwerk. Un ancien PDG du groupe, Mohamed Meziane, deux de ses enfants et huit ex-directeurs font partie des 19 accusés. Ils sont poursuivis notamment pour association de malfaiteurs, détournement de deniers publics, blanchiment et corruption dans le cadre de marchés conclus de gré à gré avec des compagnies étrangères.

Mais d’aucuns en Algérie doutent de l’issue de tels procès à cause de la non-convocation par la justice de ministres et protégés politiques pourtant éclaboussés dans ces affaires. Pour « Le Soir d’Algérie », ils ne sont qu’ »une messe des prétoires » organisée pour « la mise en accusation de quelques seconds couteaux ». « L’autoroute des pots de vin : où sont passés les grands prédateurs du clan ? », s’interroge le quotidien.

De son côté « El-Watan », assure que « l’impunité assurée aux chefs prédateurs a fini d’achever définitivement la confiance entre une société désenchantée et des dirigeants politiques et économiques disqualifiés ». Pour le quotidien, « à la faveur des procès en cours et à venir, c’est le pouvoir en place qui est jugé et condamné, même s’il s’emploie à s’extirper ».

Un avis que partage l’opposition. Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a dénoncé dans un communiqué une mascarade judiciaire. L’opinion publique ne « peut se satisfaire de déballages sans lendemain et d’une parodie de justice qui s’interdit d’auditionner les responsables hiérarchiques des secteurs concernés », estime-t-il.

Le déballage ne concerne pas que les prétoires. Il se fait aussi dans les couloirs de l’Assemblée nationale où la ministre de la Culture Nadia Labidi est accusée de favoritisme par des élus du Parti des travailleurs (PT). Selon eux, elle a attribué tous les projets du secteur à des amis ou à sa société de production. La ministre a menacé de porter plainte contre la députée du PT Louisa Hanoune, sa principale accusatrice.

Louisa Hanoune a également mis dans le viseur de la justice le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, qu’elle accuse d’avoir attribué un marché d’acquisition d’appareils de radiothérapie à un entrepreneur intervenant dans les travaux publics. Ce dernier, Ali Haddad, est président de la principale organisation patronale et l’un des plus importants financiers de la campagne du président Bouteflika l’année dernière.

Enfin, une enquête est actuellement en cours en Italie, où la société AgustaWestland est soupçonnée d’avoir versé des pots de vin à des responsables algériens pour l’acquisition d’une centaine d’hélicoptères dans le cadre d’un contrat d’armement. »

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Corruption


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

أنا_كمان#, le « #MeToo » arabe des femmes pour dénoncer le harcèlement sexuel

أنا_كمان#, le « #MeToo » arabe des femmes pour dénoncer le harcèlement sexuel

play button

Dans le sillage de l’affaire Weinstein, qui a mis en lumière le problème du harcèlement des femmes et l’impunité des hommes qui le pratique, un hashtag a été lancé, #MeToo, qui fait fureur aux Etats-Unis. Lancé par l’actrice Alyssa Milano, également victime de Harvey Weinstein, le hashtag a été repris par des milliers de femmes (…)

Posté dans Actualités, Droit des femmes, Monde arabe

Un malade mental sème la terreur dans un village de Kabylie

Un malade mental sème la terreur dans un village de Kabylie

play button

Un individu, présumé d’être un malade mental, continue d’agresser à l’arme blanche des personnes dans la localité de Boudjemaa près de Tizi Ouzou. Il aurait déjà agressé 33 personnes et en aurait tué un homme, Samir Kebir, père d’un enfant. Les villageois interpellent les autorités pour qu’elles réagissent et arrêtent l’individu. Partagez sur vos réseaux (…)

Posté dans Actualités