Guerre de Libération : des milliers de chouhada n’ont pas de tombes

Des milliers de chouhada algériens « n’ont pas été enterrés », a affirmé jeudi à Bordj Bou Arreridj l’historien Lahcène Zeghidi, soutenant que chaque centre de torture a été érigé sur un cimetière dans un pays qui a versé pour son indépendance un lourd tribut de plus de 10 millions de martyrs tombés au champs d’honneur durant 132 ans de colonisation sauvage, rapporte l’APS.

« Le colonialisme français a adopté, dès qu’il a foulé le sol algérien, la politique de la terre brûlée faite de massacres collectifs, de représailles sauvages et d’exécutions sommaires au point que les restes de certains des symboles de la Révolution libératrice dont Aïssat Idir, Maurice Audin, Larbi Tebessi,

Hamou Boutlelis et Abderrahmane Mira n’ont pas, à ce jour été trouvées, » a souligné Lahcène Zeghidi au cours d’une conférence animée au musée du moudjahid sous le titre « Les chouhada, des symboles sans tombes » devant une assistance de moudjahidine et d’étudiants.

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Guerre de Libération, Histoire


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

Rencontre avec Sofia Djama, la réalisatrice des « Bienheureux »

Rencontre avec Sofia Djama, la réalisatrice des « Bienheureux »

play button

La réalisatrice Sofia Djama, que nous avions rencontré l’an dernier à Paris, a été primée à la Mostra de Venise. Son premier long-métrage, « Les bienheureux », a en effet remporté le Prix de la Meilleure Actrice (Section Orizzonti) décerné à sa jeune actrice Lyna Khoudri. « Les bienheureux » raconte l’Algérie de l’après-guerre civile. Cette production franco-belge, avec (…)

Posté dans Actualités, Cinéma et TV, Culture, Fiction