Mandela : « C’est l’Algérie qui a fait de moi un homme »

Après vingt-sept années passées dans une prison de l’apartheid, Nelson Mandela le leader historique sud-africain de l’ANC est un homme libre le dimanche 11 février 1990.

En 1961, l’African National Congress (ANC) engage un mouvement de résistance pour résister au régime d’apartheid en Afrique du Sud mis en place en 1948. C’est à ce moment-là que se rapprochent les combattants de l’ANC et ceux d’un autre pays qui lutte pour son indépendance : l’Algérie. En 1961 (ou 1962 selon d’autres sources), Mandela rencontre au Maroc le docteur Moustapha Chawki, un membre du GPRA en exil. Mandela et Chawki eurent de longues discussions sur les convergences des deux révolutions, celle menée par l’ANC en Afrique du Sud et celle du FLN contre le colonialisme français. Pour Mandela, la symétrie était évidente.

Nelson Mandela au Maroc en 1962

En 1962, Nelson Mandela est invité à Alger par le président Ahmed Ben Bella pour une parade militaire. C’est à ce moment que le premier président de la République algérienne indépendante propose à Mandela de soutenir financièrement son parti, l’ANC, et d’installer en Algérie des camps d’entraînement pour la rébellion sud-africaine anti-apartheid.

Nelson Mandela avec les chefs historiques de la Révolution, en mars 1962, après le cessez- le- feu, à la base 15 d’Oujda. On y voit de gauche à droite : Hocine Aït Ahmed, Kaïd Ahmed, Mohamed Boudiaf, Djelloul Melaïka, Rabah Bitat, Nelson Mandela, Ahmed Ben Bella, Commandant Nasser, Hamilcar Cabral, Houari Boumediene, Abdelaziz Bouabdallah et Taïbi Larbi.

Par la suite, les visites de Mandela en Algérie auraient été tenues secrètes (ce que démentent d’autres sources, affirmant que Nelson Mandela ne s’est pas rendu en Algérie de 1962 à 1990). Cependant, selon l’ancien ambassadeur d’Algérie en Afrique du Sud Nourreddine Djoudi, « le ministre de la Défense de l’époque, le colonel Houari Boumediène avait ordonné de ne pas divulguer la présence de Mandela en Algérie. Seul un petit groupe d’initiés savait que le héros de la libération de l’Afrique du Sud était en Algérie ». Comme Nourreddine Djoudi parlait anglais, il fut très utile à Mandela lorsqu’il venait en Algérie où il lui servait d’interprète.

Accusé de sabotage et de complot contre l’Etat, Mandela est condamné à la prison à vie lors du procès de Rivonia en 1964. Alger continue pourtant à soutenir clandestinement l’ANC. Sur le plan militaire, à partir de 1965, plusieurs militants de l’ANC viennent secrètement en Algérie pour s’entraîner afin de mener des opérations militaires. Une bonne partie d’entre eux reçoivent d’ailleurs une formation à la prestigieuse école militaire de Cherchell. Sur le plan politique, l’Algérie a ouvert à l’ANC un bureau d’information dans un grand appartement à la rue Larbi Ben M’hidi, non loin de la place de l’Emir Abdelkader. Ce bureau était occupé par de grandes personnalités de la lutte contre l’apartheid comme Robert Reisha ou le responsable des relations extérieures de l’ANC, Johnny Makatini. C’est souvent à partir d’Alger que l’ANC faisait partir des communiqués dénonçant les violences faites au Noirs par le régime de l’Apartheid ou les actions engagées contre lui.

De nombreux membres de l’ANC venaient alors régulièrement à Alger. L’actuel président de l’Afrique du Sud, Jakob Zuma, ancien compagnon de lutte de Mandela, a toujours rappelé le rôle prépondérant de l’Algérie dans sa lutte contre l’apartheid et son soutien permanent à l’ANC. Zuma, qui s’est rendu plusieurs fois en Algérie dans les années 70 et 80, a même un moment possédé un passeport algérien ! L’action diplomatique de l’Algérie en faveur de l’ANC fut elle aussi capitale. Lors de l’Assemblée générale de l’ONU de novembre 1974, c’est grâce au rôle joué par Abdelaziz Bouteflika, alors ministre des Affaires étrangères, que l’Afrique du Sud fut exclue des travaux de l’Assemblée. Suite à cette humiliante défaite, le régime de l’apartheid n’envoya plus jamais aucun représentant à l’ONU jusqu’à sa chute.

En février 1990, Nelson Mandela est libéré après 27 ans de prison. Dès sa sortie, il devient une icône planétaire, pour son combat contre l’apartheid bien sûr, mais aussi parce qu’il symbolisait les luttes de tous les peuples pour leur libération. En mai 1990, c’est à l’Algérie que le futur président de la nation « Arc-en-ciel » consacre l’une de ses premières visites à l’étranger lors d’un périple dans 6 pays. Le 16 mai 1990, Mandela arrive ainsi à Alger, en provenance du Nigeria où il est décoré par le président Chadli Bendjedid.

Nelson Mandela en 1990 devant le Maqam Chahid avec Sid Ahmed Ghozali, alors ministre des Affaires étrangères (gvt Hamrouche).

Au cours de ce voyage, il réclame des nouvelles de Ben Bella ainsi que d’autres personnes qu’il avait connues au cours de ses années d’entraînement en Algérie, notamment le «docteur Mostefaï» (alias Chawki) et «Djamel» (alias Cherif Belkacem). Nourreddine Djoudi, ancien ambassadeur d’Algérie en Afrique du sud, se souvient : « Lors de sa première visite, après sa libération et avant son élection, sa première demande en arrivant à l’aéroport Houari Boumediene a été formulée ainsi: « Où sont les officiers qui m’ont formé ? » Il entendait par là Chérif Belkacem, et moi-même. » Le souvenir de ses années passées en Algérie a toujours été très fort. Lors d’un meeting à la salle du Comité Olympique, lors de ce même voyage, Nelson Mandela a ainsi déclaré : « Je suis le premier sud-africain à avoir été entraîné aux armes en Algérie. Quand je suis rentré dans mon pays pour affronter l’apartheid, ajoute-t-il, je me suis senti plus fort ». Et il ajouta : « C’est l’Algérie qui a fait de moi un homme ». Sur cette dernière phrase, certaines sources affirment que Mandela ne l’aurait pas prononcée ainsi, mais aurait plutôt dit : « C’est l’armée algérienne qui a fait de moi un homme ».

Dans son message de condoléance, le président Bouteflika, qui a salué la mémoire, la grandeur et le courage hors du commun de Mandela, a déclaré « le peuple algérien qui s’enorgueillit d’avoir toujours été aux côtés de Madiba et du peuple sud-africain, s’associe à votre deuil et n’oubliera jamais que pour Mandela, l’Algérie est sa « seconde patrie » comme il aimait à le répéter ».

Quoiqu’il en soit, les Algériens n’oublieront jamais Mandela et sa lutte pour la libération de son peuple.

Un excellent blog sur l’histoire de l’Algérie à consulter ici.

Un article qui essaye d’éclaircir certaines zones d’ombre sur la relation de Mandela avec l’Algérie à consulter ici.

Photos de Nelson Mandela en Algérie à voir ici.

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Afrique, Ben Bella, Boumediene, Bouteflika, Colonisation, Guerre de libération, Histoire, International


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

« Boutefoutai », la parodie de « Papaoutai » de Stromae !

« Boutefoutai », la parodie de « Papaoutai » de Stromae !

play button

On ne se lasse pas de réécouter (surtout ces temps-ci) cette formidable version parodique de « Papaoutai », le tube de Stromae. Sorti en 2014, lors de l’élection présidentielle, ce clip réalisé par le dénommé Jo Zeph est devenu un classique des réseaux sociaux algériens, mais témoigne aussi de la créativité exceptionnelle de la jeunesse algérienne. Partagez sur (…)

Posté dans بوتفليقة, تــسليــة

La startup algérienne Labfender lance « WinRak », une appli pour trouver le bon itinéraire

La startup algérienne Labfender lance « WinRak », une appli pour trouver le bon itinéraire

play button

L’appli lancée par la startup Labfender, baptisée «Winrac », a pour but de «générer des itinéraires en un seul clic», selon un communiqué. Ajoutant que «la nouvelle application va plus loin que Viber et Whatsapp», qui ne permettent actuellement que «la géolocalisation de la position du Smartphone et l’envoyer à un autre utilisateur». Winrak, ajoute la (…)

Posté dans الأخبــار, إقتصاد

Le consulat de France s’explique sur le blocage de TLS Contact et promet un retour à la normale début 2018

Le consulat de France s’explique sur le blocage de TLS Contact et promet un retour à la normale début 2018

play button

Après de nombreux dysfonctionnements, l’ambassade de France s’est expliqué, mercredi 20 septembre, sur l’opérateur de délivrance des visas pour la France, TLS contact, sous le feu des critiques depuis des mois. Si les services du consulat de France reconnaissent des « insuffisances techniques », ils n’accablent pas cet opérateur, estimé « sérieux ». Les difficultés rencontrées ces derniers temps (…)

Posté dans الأخبــار, إغتراب, فرنسا