« Alger, la Mecque des révolutionnaires », un documentaire sur l’âge d’or de la diplomatie algérienne

« Alger, la Mecque des révolutionnaires » (1962-1974), un documentaire réalisé par Mohamed Ben Slama sur une idée d’Amirouche Laïdi, a été projeté mardi soir en avant-première à la Cité de l’immigration à Paris en présence des historiens Mohammed Harbi et Benjamin Stora, de Yannis Chebbi, directeur d’Electron Libre Productions et d’Edwy Plenel, le co-fondateur de Médiapart.

Le documentaire retrace l’âge d’or de la diplomatie algérienne dans les années 60 et 70 où, en pleine guerre froide, le pays tente d’incarner et de proposer une troisième voie : le non-alignement, qui se traduit notamment par un soutien à tous les mouvements indépendantistes dans le monde et aux leaders de ce que l’on appelait alors le « tiers-monde ». D’une durée de 52 minutes, ce film met en récit la fameuse phrase d’Amilcar Cabral : « Les musulmans vont en pèlerinage à la Mecque, les chrétiens au Vatican et les mouvements de libération nationale à Alger ».

« Jusqu’au milieu des années 1970, l’Algérie, pays emblématique du groupe des non-alignés, est connue pour son soutien actif aux mouvements de libération nationale et pour sa bienveillance à l’égard des « proscrits ». Point de passage quasi obligé, sa capitale accueille les Black Panthers Angela Davis et Leroy Eldridge Cleaver, le Che, Nelson Mandela et d’autres leaders encore qui, tous, s’opposent à l’impérialisme et aux dictateurs. Chronique d’un « âge d’or » tout à la fois diplomatique et militant », explique le synopsis du documentaire.

Au cours du débat, animé par Benjamin Stora, qui a suivi la projection du film, l’historien algérien Mohammed Harbi, témoin et acteur de cette époque, a qualifié ce travail de mémoire d’ »approche positiviste » qui retrace « très bien » le parcours d’un Etat et d’une révolution, ajoutant que l’Algérie, à cette époque, a adopté une politique « très radicale » envers la Chine et l’URSS au sujet du Vietnam. Edwy Plenel, qui avait vécu à Alger de 1965 à 1970, a estimé que le documentaire fait passer un souffle de liberté dans le monde qui l’a finalement ébranlé. « Ce qui est fort dans ce film, c’est l’internationalisme concret, l’humanisme concret », a-t-il dit, soulignant que cette période était « un moment de refus de toutes les puissances ».

 

Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Boumediene, Cinéma et TV, Documentaire, Histoire


Premier media vidéo participatif sur l'Algérie

Autres vidéos

Ahed Tamimi, nouvelle icône de la cause palestinienne

Ahed Tamimi, nouvelle icône de la cause palestinienne

play button

Pour les Palestiniens, c’est une icône, pour les Israéliens, une actrice. Ahed Tamimi est une jeune palestinienne de 17 ans qui vit dans le village de Nabi Saleh,en Cisjordanie. Lundi 18 décembre 2017, elle a été arrêtée par l’armée israélienne, après avoir été accusée d’avoir agressée deux soldats israéliens, en marge d’une manifestation contre l’occupation (…)

Posté dans Actualités, Monde arabe

Le tramway se développe en Algérie

Le tramway se développe en Algérie

play button

Le tramway a la cote en Algérie. Hormis les grandes villes comme Alger et Constantine qui possèdent depuis longtemps leur propre tramway, plusieurs projets sont en cours dans le pays, comme à Sidi Bel Abbès, Ouargla ou encore Sétif. Partagez sur vos réseaux sociaux à partir de Chouf-Chouf.com !

Posté dans Actualités, Transport